La Suisse: terre d’accueil ou forteresse hermétique?

Fidèle à ses racines humanistes et chrétiennes, la Suisse a une longue tradition d’aide humanitaire. Henri Dunant a fondé la Croix-Rouge en 1863 après avoir été témoin des atrocités de la guerre. Depuis, la Suisse a toujours accueilli des victimes de guerre et de persécution, organisé des pourparlers de paix et offert ses bons offices aux belligérants.

 

Mais les temps ont changé. Depuis 2015, la guerre et les changements climatiques ont poussé un nombre inimaginable de migrants à chercher refuge en Europe. C’est l’un des plus grands défis de l’histoire de l’Union européenne qui ne sait pas comment recevoir, répartir et de prendre soin d’autant de gens à la fois.

 

Îlot de prospérité au cœur de l’Europe, la Suisse est vue par beaucoup comme une destination de rêve.

  1. Est-ce que nous avons besoin de plus de police et de sécurité dans ces temps de menace terroriste?
  2. Les nouveaux arrivants emportent avec eux leur culture. Jusqu’où les laisser suivre leur mode de vie? Quand doit-on leur imposer des habitudes suisses?
  3. La crise migratoire a montré les limites des accords de Schengen et Dublin. Comment repenser la répartition des migrants pour faire face aux arrivées massives de ces prochaines années?
  4. Le voyage des migrants a radicalement changé ces dernières années, il est devenu beaucoup plus long et éprouvant. Comment les accueillir et les aider à se reconstruire? Qu’est-ce que nos valeurs chrétiennes nous enseignent sur la façon de s’occuper de ces nouveaux citoyens?
  5. Comment reformuler la question migratoire pour refléter toute sa complexité? Comment échapper à la question manichéenne bien ou pas bien?
  6. L’intégration aujourd’hui demande de plus en plus d’approches nouvelles venant de l’innovation sociale: comment intégrer les meilleures pratiques du domaine dans notre stratégie?